Attention ! Pas de commandes du 12/07/2017 au 03/09/2017 !

Vidéothèque du CNRS

Accueil > Fiche détaillée

Un corsaire sous la mer

  • Description
  • Storyboard
 
  00:52:00  2002  Couleur  Sonore

En 1995, deux plongeurs amateurs découvrent des canons qui émergent du sable, gisant par moins de dix mètres de fond et à quelques centaines de mètres du port de Saint-Malo. Il s'agit d'un navire plutôt bien conservé, vraisemblablement une frégate corsaire datant du XVIIIème siècle. C'est l'aventure archéologique, des campagnes de fouilles entreprises sur plusieurs années jusqu'à l'identification de l'épave, qui est ici contée.
Des archéologues sous-marins, Elisabeth Veyrat et Michel L'Hour, lancent une campagne d'évaluation, effectuant de nombreuses plongées pour établir la position du bateau, et commencer les travaux d'excavation. En parallèle, des recherches sont effectuées dans les archives, car aucun bateau corsaire n'a jamais été retrouvé jusqu'à présent. André Lespagnol, historien, parle de l'activité corsaire de ces navires qui pratiquaient la "course", activité légale autorisée par le souverain, consistant à rançonner les navires ennemis et à récupérer les cargaisons en temps de guerre, tandis qu'en temps de paix, ils pratiquaient la pêche à la morue.
La deuxième campagne de recherches a consisté en une expertise des objets en place (cordages, poulies, vaisselle...), qui sont répertoriés et cartographiés, puis à une fouille minutieuse et à la remontée des objets pour qu'ils soient étudiés, restaurés et conservés.
Une première datation assez large est proposée (entre 1690 et 1740), ce qui rend l'identification du bateau difficile. Les archéologues pensent avoir reconnu le Saint Jean Baptiste.
Pour étayer cette hypothèse, une fouille systématique est entreprise lors de la campagne suivante. Quelques petits ossements découverts sur le site et une analyse dendrochronologique de différents morceaux de bois du bateau permettent de découvrir qu'il y a deux épaves d'époque différente. Lors de la dernière campagne, des lingots de fer comportant des inscriptions et des dates sont découverts. Une nouvelle recherche dans les registres où sont répertoriés les naufrages permet finalement d'identifier les deux frégates corsaires : il s'agit du Saint Esprit qui a fait naufrage en 1692 et de l'Aimable Grelot qui a sombré en 1750.

Producteur délégué : Gédéon Programmes
Producteur : Arte FranceGédéon ProgrammesCNRS Images MédiaBlueberry
Participation : CNCMin. RechercheProcirepRégion Bretagne
 
Auteur : JULIENNE JérômeJULIEN Olivier
Réalisateur : JULIENNE Jérôme
Conseiller scientifique : VEYRAT ElisabethL'HOUR Michel
Identification
Procédé audiovisuelPrises de vues réelles. Utilisation de banc-titre, d'images de vues sous-marines et d'infographie en 3D.
Commentaire voix off et interventions en son direct (français et anglais sous-titré en français). Musique originale (Eric Chevallier - Notez bien).
Date de diffusion TV01/05/2002 (Arte)
Rediffusions08/02/2006 (France 5)   21/03/2003 (France 5)   30/03/2005 (France 5)   05/06/2004 (Arte)   11/06/2005 (Arte)   11/03/2011 (Histoire)   12/03/2011 (Histoire)   18/03/2011 (Histoire)   24/03/2011 (Histoire)   15/08/2011 (Histoire)   18/08/2011 (Histoire)   20/08/2011 (Histoire)   21/08/2011 (Histoire)   24/08/2011 (Histoire)   27/08/2011 (Histoire)   01/09/2011 (Histoire)  
RécompensesFestival Cinarchea, Kiel (Allemagne), avril 2004 : meilleur film d'archéologie sous-marine - Trophée Mif Sciences, Liège (Belgique), mars 2004 : 2ème prix.
(HORS-LIGNE)
Partager
Imprimer 

Discipline

Archéologie - Préhistoire - Paléontologie

Mot clé  

Fouilles ; Datation ; Bateau corsaire

Lieux  

Bretagne

Fiche Technique
N° notice1088
PublicGrand public
Support originalvidéo Beta numérique 16:9
VersionFrançais
Support de diffusionBeta SP